Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.

MacBidouille

Craig Federighi monte au créneau pour défendre Face ID

Craig Federighi a été choisi par Apple pour aller défendre Face ID devant les médias. Cette technologie est très impressionnante, mais elle a soulevé nombre de questions sur la sécurité, la confidentialité et le précédent qu'elle pourrait créer dans la reconnaissance faciale à grande échelle.
Craig Federighi défend ce produit de toutes ses forces.
Pour la fiabilité de la reconnaissance faciale, il affirme qu'Apple y travaille depuis des années et a eu le temps de faire des tests exhaustifs, sur un nombre très élevé de visages, appartenant à de multiples ethnies.
Ces données ne sont pas collectées par Apple, et restent dans l'appareil qui a réalisé le scan facial de son propriétaire. Elles sont stockées dans une enclave sécurisée, et en théorie inaccessible à qui que ce soit.
Il n'y a qu'un cas où Face ID ne fonctionne pas, celui où le propriétaire porte des lunettes de soleil polarisées qui bloquent totalement les infrarouges, et interdisent ainsi que l'on puisse voir l'oeil. Les personnes aveugles pourront cependant désactiver la fonction détection de l'attention (qui empêche la mise en veille si l'on regarde l'écran). Il sera alors possible de reconnaître le visage sans voir l'oeil, mais cela abaisse le niveau de fiabilité global.

Si l'on tente de vous contraindre à scanner votre visage, il est possible de désactiver la reconnaissance faciale de l'iPhone X en pressant sur les deux côtés de l'appareil. Cela obligera alors à donner le code. Cette chose peut se produire en cas de vol avec violence de l'appareil, mais aussi dans le cas où l'on se retrouve face aux forces de police. Ce sujet est tout particulièrement sensible aux Etats-Unis.

Il faudra encore quelques temps pour que le Face ID rentre dans les moeurs, mais on avait connu une chose semblable aux débuts du TouchID.

Sondage

Approuvez vous qu'Apple puisse ralentir les iPhone ?