Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.

MacBidouille

Symantec ne veut plus que la Russie accède à son code source

Pour éviter que les logiciels et systèmes d'exploitation occidentaux ne puisse contenir d'éventuelles portes dérobées, la Russie impose maintenant que le code source de ces produits lui soit communiqué.
Symantec a annoncé à Reuters qu'elle avait décidé de ne pas participer à ce programme et de ne pas fournir le code source de ses logiciels.
Techniquement il y a en effet un risque conséquent. Si ce code source permet de vérifier qu'il n'y a pas de portes dérobées cachées, son étude permet également d'y chercher des failles de sécurité qui seraient éventuellement exploitées.
Symantec risque donc maintenant de voir ses produits interdits de commercialisation et d'utilisation en Russie.

On est là au milieu d'un immense plateau de jeu d'échecs où les états ont les pièces maîtresses et où internet est devenu un nouveau champ de bataille d'une guerre froide majeure.
L'époque où l'on craignait que des missiles nucléaires ne dévastent la planète est certes pratiquement révolue, mais la cyber-guerre est maintenant venue prendre sa place.

Tous les pays du monde et en particulier les géants peaufinent sans cesse moyens d'attaque et de défense que ce soit pour espionner l'adversaire ou faire tomber ses infrastructures.

Si l'on est passé probablement près d'une annihilation par le feu nucléaire dans les années 60, elle a été évitée car tous les possesseurs de missiles savaient qu'il était impossible de détruire l'adversaire sans l'être également.
Là avec la cyber-guerre, qui ne ferait que peu de victimes directes, les scrupules seraient moindres à la déclencher malgré l'immense chaos qui en résulterait.
Si l'on ajoute à cela le fait que contrairement aux bombes nucléaires les outils de ces attaques sont massivement disponibles, on est dans une situation qui restera très tendue, très longtemps.

Sondage

Comptez-vous acheter un nouvel iPhone ?