Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.

MacBidouille

Une intéressante étude sur la consommation des écrans AMOLED

Aujourd'hui, deux technologies s'affrontent dans le domaine des écrans plats.
La plus ancienne, le LCD est toujours celle qui domine le marché. La description du procédé est simple. On a une dalle LCD capable d'afficher chaque point d'une couleur différente. Il y a derrière elle un système de rétro-éclairage qui va l'illuminer et permettre de voir ce qu'affiche cette dalle. Les points laissés transparents sont blancs, ceux occultés totalement sont noirs. C'est la raison pour laquelle il est difficile d'obtenir des noirs parfaits sur des LCD, ils devraient absorber totalement la lumière et n'en laisser rien passer ce qui est est d'autant plus compliqué que l'on augmente la luminosité.
Le plus gros de la consommation d'un écran LCD est généré par le système de rétro-éclairage qui fonctionne de manière constante quelles que soient les couleurs affichées. Si le LCD a su évoluer c'est surtout en travaillant sur ce système de rétro-éclairage en le rendant plus efficace avec l'adoption de.... diodes LED et maintenant de boîtes quantiques.

La technologie OLED a un fonctionnement radicalement différent. Ici, chaque point de l'écran est composé de matériaux électroluminescents qui vont générer en même temps couleur et lumière. Il n'y a donc plus de système de rétro-éclairage et la consommation devient donc largement dépendante de ce que l'on affiche.

Si l'on nous parle largement des avantages de l'OLED en terme de consommation personne n'avait encore pris la peine de se pencher de manière indépendante là dessus. Anandtech l'a fait en mesurant la consommation des dalles LCD de plusieurs générations de smartphones Galaxy de Samsung qui est sans conteste la société la plus en avance dans le domaine de l'OLED.

Comme on peut le voir sur ce résumé, chaque génération de Galaxy S a vu la consommation de son écran améliorée (par unité de surface) et elle a baissé d'un tiers entre le S4 et le S6.
Cette progression s'est faire en améliorant l'efficacité des composés organiques qui génèrent cette lumière.

Il faut noter que ces tests ont été réalisés en affichant du blanc. C'est en effet le cas où un écran OLED consomme le maximum puisqu'il doit exciter en même temps ses composants rouge, vert et bleu. C'est la grosse différence avec le LCD qui génère naturellement du blanc et active tout (mais avec une différence de consommation minime) pour créer du noir.

Toujours selon l'article, aujourd'hui, même l'écran d'un S6 n'est pas encore plus économe en énergie qu'un LCD de bonne facture pour afficher du blanc. Il consomme encore 15 à 20% de courant en plus à luminosité équivalente.

Certes, dans les autres cas il est plus économe mais il s'avère que sous Android, le blanc domine l'interface et fait donc consommer plus d'énergie.
Cela ne change toutefois rien sur l'avenir. L'OLED finira par supplanter le LCD ne serait-ce que pour s'adapter aux contraintes de flexibilité ou de courbures complexes qu'il est le seul à pouvoir supporter.

Pour finir, on comprend mieux pourquoi l'interface de Watch-OS est largement dominée par le noir. Elle permet ainsi d'optimiser au mieux la consommation de l'écran de la montre et ainsi gagner un maximum d'autonomie.

Sondage

Comptez-vous acheter un nouvel iPhone ?