Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.

MacBidouille

Emulation et virtualisation: tour d'horizon

Mieux comprendre les émulateurs et la virtualisation avec ce tour d'horizon.


Tutoriel pour Sheepshaver par dexter_ Merci à dexter_ pour cet article explicant le principe de fonctionnement des émulateurs et de la virtualisation.

Autrefois inconnus et d'usage marginal, les émulateurs et les logiciels de virtualisation n'étaient que d'un intérêt limité pour le commun des mortels. Jusqu'à une période très récente, ils n'avaient qu'un but de nostalgie informatique, voire de folklore. Depuis quelques années, l'intérêt pour ces logiciels est grandissant, car leurs fonctionnalités ont commencé à devenir intéressantes dans un usage productif de l'informatique. Avant d'aller plus loin, nous allons expliquer ce qu'est un émulateur.
Un émulateur est un logiciel qui reproduit le comportement d'un matériel donné. Le plus souvent, il s'agit du fonctionnement d'un micro-processeur, mais aussi de machines électroniques complètes : calculatrices, consoles de jeu, ordinateurs...
Ainsi, grâce à un émulateur, il vous est possible de transformer votre Macintosh en Super Nintendo, en Master System, en calculatrice TI-82, en Atari, ou en PC. Nous aborderons les solutions de virtualisation plus tard, car elles n'ont fait leur apparition que récemment.


• Les émulateurs

Les émulateurs ont fait leur apparition voilà une quinzaine d'années. À cette époque, l'âge de l'informatique était suffisamment avancé pour voir une accumulation de machines différentes, naturellement toutes incompatibles entre elles. De plus, les ordinateurs de l'époque devenaient suffisamment puissants pour pouvoir supporter en plus de leur propre fonctionnement, de simuler le fonctionnement d'un autre ordinateur entier.
À cette époque, les émulateurs étaient avant tout des logiciels un peu OVNI, qui n'intéressaient pas grand monde, peu de gens trouvaient un intérêt à faire tourner dans une fenêtre un Commodore 64, ou une console de jeu Atari qui a été remisée au grenier depuis longtemps. Ainsi, les émulateurs intéressaient surtout les nostalgiques qui rêvaient de pouvoir rejouer à leurs vieux jeux sur leur machine actuelle pour se remémorer cette foule de souvenirs de quand ils étaient ados et qu'ils jouaient avec leurs copains à Super Mario Bros dans les années 80.
Concrètement, les émulateurs n'avaient alors quasiment aucun usage productif, puisque les machines émulées étaient totalement obsolètes, et que les ordinateurs actuels permettaient de faire plus, plus confortablement, plus vite et mieux, et même leur intérêt ludique était limité pour la plupart des joueurs, puisqu'après avoir versé une larme sur Lemmings ou sur Dark Castle, ils repartaient vite jouer sur leur PS2/Xbox.
Au fil du temps, les ordinateurs ont beaucoup gagné en puissance, à tel point que de nouvelles possibilités très intéressantes se sont ouvertes pour les émulateurs : Côté joueurs, des émulateurs comme bleem! ont fait beaucoup de vagues. bleem! était un émulateur de PlayStation, sorti à la fin des années 90. Il devenait possible de jouer à des jeux sur une console de la génération actuelle avec un ordinateur récent. Notons également l'apparition de MAME, qui émulait des dizaines de machines d'arcade, de 1974 aux machines des années 2000, pour rejouer à des milliers de jeux qu'on jouait dans les cafés, avec le stock de pièces de 2 Francs !
Côté ordinateur, l'apparition de Virtual PC pour Power Macintosh en 1996 a commencé à susciter un grand intérêt dans la communauté Mac. Il devenait possible de lancer directement des applications PC sur un Mac, dans un environnement Windows authentique ! En matière d'émulation, c'était une première. Quant à Apple, à l'époque de sa transition 68K -> PowerPC, elle implantait un émulateur 68K dans son système d'exploitation pour exécuter des applications 68K de manière transparente sur un PowerMac (Rosetta n'est pas une première...).
Dès lors, les émulateurs devenaient des solutions sérieuses, voire même nécessaires : l'informatisation du traitement d'informations grandissant, les standards changeant, il devenait de plus en plus intéressant d'avoir recours à un émulateur pour faire fonctionner un ancien logiciel de compta, ou de traitement des clients, de même que l'engouement sans cesse croissant du retrogaming (l'envie de rejouer à des vieux jeux) pousse les gens à s'y intéresser.

Fonctionnement d'un émulateur :
La difficulté pour comprendre le fonctionnement de l'émulateur est que ce dernier est avant tout une simple application,  alors qu'elle simule des composants matériels. Le but est de bâtir  un environnement matériel virtuel pour que les jeux ou les logiciels qu'on désire faire fonctionner y trouvent leurs marques.
Prenons l'exemple d'un émulateur d'ordinateur : celui-ci va devoir simuler le fonctionnement de nombreux composants matériels, dont : le processeur, la mémoire vive, la mémoire morte (ROM), le disque dur et/ou les lecteurs de disquettes, éventuellement de CD-ROM, établir des relations entre le clavier utilisé actuellement par l'utilisateur, et celui qui jadis était attaché à la machine (et qui peut donc avoir des différences de fonctionnement, de mappage des touches, etc...), un chip sonore également. L'émulateur est la somme de tout ceci.
Il est important de savoir tout cela au moment où vous allez devoir configurer l'émulateur. Celui-ci va en effet vous demander la quantité de RAM à simuler, et l'emplacement du fichier qui fera office de disque dur (ou de disquette), notamment.
Qu'est ce qu'une image disque/ disque dur virtuel ?
Il s'agit d'un fichier, utilisé par l'émulateur comme support de stockage. Les applications, documents que vous utiliserez, sauvegarderez sur le disque de la machine virtuelle que vous utiliserez sera en fait stockés dans ce fichier. La machine émulée le voit comme un vrai disque physique.

Partager sur

Sondage

Est-ce qu'Apple vous fait encore rêver ?