Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.

MacBidouille

Rappels importants sur la certification Thunderbolt

Hier, Western Digital a annoncé l'un des rares produits Thunderbolt alimenté sur le bus de l'interface.

Devant les questions posées par certains membres de nos forums, nous faisons un retour sur la certification Thunderbolt sans laquelle il est impossible de commercialiser un produit compatible avec elle.
Pour commencer, sachez que si c'est intel qui commercialise les puces indispensables au Thunderbolt, tous les appareils doivent obligatoirement être certifiés par Apple. Il y a deux niveaux de certification.

Le niveau le plus simple qui concerne l'essentiel des produits concerne tous ceux qui sont dotés d'une alimentation externe et ne tirent pas de courant sur le bus. Ce sont les docks, les disques durs externes avec transformateurs, les racks PCI-Express... Dans ce cas, Apple les teste pour vérifier qu'ils ne provoquent aucun problème particulier sur les Mac et qu'ils soient pleinement compatibles avec la norme.

Le niveau au-dessus est bien plus complexe et concerne les appareils qui doivent tirer leur énergie du bus et dont nous n'avons croisé que trois exemplaires, ces nouveaux disques de Western Digital, le SSD d'Elgato et celui de Buffalo. Dans ce cas, Apple est intransigeante sur la consommation du produit et fixe des limites de manière rigoureuse. Il s'agit pour la société de s'assurer que tous les Mac fourniront assez de courant pour un fonctionnement optimal et sans danger pour la machine. Or, comme avec les premiers Mac en Firewire, toutes les machines Thunderbolt ne sont pas logées à la même enseigne au niveau puissance fournie. Ainsi, un MacBook Pro Retina fournit bien plus de courant qu'un Mac mini par exemple.
Pour aller plus loin dans cette histoire de consommation, sachez qu'elle est compliquée pour plusieurs raisons. Pour commencer, les puces Thunderbolt d'Intel consomment déjà de l'énergie, assez pour que sa consommation compte dans le total. Ensuite, il faut ajouter aussi la consommation du câble thunderbolt ou plutôt des puces qui sont incluses dans chacun de ses connecteurs. Elle n'est pas non plus négligeable comme le prouve la chaleur qui se dégage à leur contact.
Ensuite, il y a la consommation des périphériques de stockage en eux-même. Ce sont par exemple ces restrictions de consommation qui avaient obligé Elgato à doter leur boîtier d'un SSD peu performant/

Toute cette cuisine fait qu'il faut faire certifier chaque modèle que l'on sort avec une référence de disque particulère. Pas question par exemple de faire certifier un modèle 240 Go et de mettre ensuite un SSD de 1 To. Il risquerait de tirer trop d'énergie.

Western Digital est une énorme entreprise et nous présumons qu'elle a optimisé tout particulièrement la consommation de ses disques, certainement au détriment de leurs performances maximales. Ce qu'un constructeur de disques peut faire est hélas impossible pour un intégrateur. Il y a donc fort peu de chance que l'on assiste à une explosion de l'offre Thunderbolt, d'autant plus que l'USB 3.0 assure déjà des débits très honorables pour la plupart des clients potentiels et qu'il n'y a pas de coûteuse certification de ce genre.

Sondage

Est-ce que la puce T2 vous dissuade d'acheter un nouveau Mac ?