Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.

MacBidouille

News du lundi 13 novembre

Apple pourrait proposer en 2018 trois formats d'iPhone OLED

Ming-Chi Kuo de KGI Securities prédit qu'en 2018, Apple pourrait proposer trois formats d'iPhone OLED.
On aurait le format actuel de l'iPhone X, une dalle de 5,8" qui deviendrait le plus petit modèle. Au-dessus, on aurait un modèle 6,1" un peu plus grand et en haut de gamme un modèle 6,5", qui reprendrait le format des modèles plus mais avec un écran faisant la quasi totalité de leur surface.

Cela a de quoi surprendre à moins qu'Apple n'en profite pour que l'actuel X devienne l'an prochain un nouvel iPhone d'entrée de gamme moins cher que l'actuel modèle tout en essayant encore de repousser les limites tarifaires avec un iPhone OLED plus qui sera encore plus coûteux.

Le retour du Mac mini en 2018 ?

Le Mac mini a toujours été le parent pauvre de la gamme Mac. On raconte à son sujet que Steve Jobs ne l'a jamais voulu et qu'il lui fut suggéré avec force par de gros actionnaires.
Depuis cette machine a été mise à jour au cas par cas, et voilà maintenant 3 ans qu'elle ne l'a plus été.
Apple semble l'avoir oublié ou s'en désintéresser. Toutefois, elle pourrait avoir droit à une cure de jouvence en 2018, avec un peu de chance.

Sur cette photo vous voyez un futur NUC d'Intel. Il a comme particularité d'embarquer un processeur Kaby Lake H dont nous vous avons parlé.
Pour rappel, ces puces qu'Intel va produire embarquent un processeur Kaby Lake en plus d'un GPU AMD doté de 4 Go de HBM.

Ces puces auront comme avantage de simplifier le design des cartes mères mais aussi d'assurer une bande passante maximale entre CPU et GPU, de quoi favoriser les performances en GP-GPU.

Si nous nous attendions à les voir utilisées dans les portables et iMac d'entrée de gamme, ces puces pourraient donc aussi prendre place dans de futurs Mac mini.

Si cela arrive, cela pourrait aussi impliquer un nouvel élan d'Apple dans la gestion du support du GP-GPU à tous les étages au sein de macOS.

[Mise à jour] Un problème de ligne verte sur les iPhone X

Macrumors rapporte qu'au moins 20 personnes ont rapporté sur les réseaux sociaux avoir des problèmes d'écran sur leur iPhone X où une ligne verte apparaît.

Ce défaut est apparu après quelques jours d'utilisation de l'appareil et Apple les change immédiatement en SAV tout en demandant les circonstances de survenue du problème.

Pour le moment ce n'est qu'un épiphénomène, Apple ayant déjà livré des millions d'appareils.

On notera quand même que Samung avait rencontré des problèmes similaires avec son Galaxy S7, mais avec une ligne rose.

[MàJ] Macrumors parle maintenant d'un nombre croissant de personnes touchées par un autre problème. A des volumes d'écoute élevés, le haut parleur de l'écouteur émet des craquements ou des bourdonnements.
Apple a échangé sur l'instant les appareils des personnes concernées qui sont passées en SAV et enquête sur ce problème.

Smartphones : la reconnaissance faciale va se généraliser

Maintenant qu'Apple a mis la reconnaissance faciale au centre de sa communication pour son iPhone X, la concurrence ne peut plus que suivre le mouvement et y recourir aussi.
Qualcomm serait en train de travailler avec la société Wonder Vision pour réaliser un système similaire dont la partie matérielle sera fabriquée par Reliance Optoelectronics.
On prédit une production en masse au second trimestre 2018.

Déjà, Samsung, mais aussi Xiaomi et Oppo, seraient prêts à intégrer ces produits dans leurs prochains smartphones haut de gamme.

Huawei de son côté serait aussi en train de développer un système similaire, mais avec d'autres partenaires commerciaux.

Des pirates arrivent à infecter des PC via Word sans utiliser des macros

Pendant des années, les macros de Microsoft Office ont été un moyen courant utilisé par des pirates pour infecter des ordinateurs. Il suffisait d'envoyer un fichier contenant ces macros par e-mail et de laisser l'utilisateur le lancer.
Depuis, les avertissements avant l'exécution d'une macro sont clairs et sur PC, les logiciels antivirus scrutent ces fichiers pour y détecter du code malveillant.

Des pirates (ce serait le même groupe qui aurait infiltré le parti démocrate américain pendant les dernières élections présidentielles) ont toutefois réussi à infecter à distance des PC sans utiliser de macro. Ils ont pour cela utilisé une fonction d'Office appelée Dynamic Data Exchange. Cette fonction DDE permet de mettre à jour un fichier de manière croisée avec un autre. On sait depuis longtemps que cela pose de potentiels problèmes de sécurité, maintenant c'est fait.

Les pirates envoient par e-mail un fichier qui passe les contrôles de sécurité, mais ensuite propose de se mettre jour à partir d'un autre fichier.
C'est ce second fichier, laissé sur un serveur distant, qui contient le code malveillant et l'exécute SI ET SEULEMENT SI, l'utilisateur accepte de le faire en acceptant de valider deux alertes.

Dans ce cas, un code distant va s'exécuter et permettre l'accès à la machine.

Certes, une fois encore on se retrouve dans un cas où l'utilisateur est en partie fautif de ce qui lui arrive, mais cela fonctionnera sans problème sur les personnes peu impliquées dans la sécurité informatique et qui font une confiance aveugle aux logiciels destinés à les protéger.

Qualcomm lance un processeur ARM à 48 cœurs pour les serveurs Cloud

Malgré ses efforts, ARM n'a pas encore réussi à percer le lucratif marché des serveurs, sur lequel Intel règne sans partage.
Une nouvelle tentative de conquête de ce marché arrive chez Qualcomm.

La société annonce l'arrivée de processeurs dotés de 40, 46 et même 48 cœurs destinés aux serveurs Cloud. Les cœurs sont cadencés à 2,2 GHz (Turbo à 2,6 Ghz), ont une cache L3 de 60 Mo, un TDP de 120W et supportent jusqu'à 768 Go de DDR4 2667 MHz.
Le modèle le plus haut de gamme coûte 1995$ et aurait les mêmes performances que le Xeon Platinum 8180 (28 cœurs, 2.5-3.8 GHz, 205W).
La force de ces processeurs ARM serait leur consommation. Si Qualcomm annonce 120W, elle est le plus souvent maintenue sous les 65W avec des pointes à 100W et un mode de "veille" de seulement 8W.

Attention toutefois à ceux qui vont déjà rêver à un Mac 100% ARM. Si multiplier des cœurs est simple pour augmenter la puissance de puces, en avoir autant n'a de réel intérêt que dans des serveurs faisant tourner de très nombreuses applications (ou plutôt process) parallèlement en tâche de fond, pas sur une machine devant laquelle se trouve un unique utilisateur, sauf logiciels très très spécifiques.

Sonnet permet de faire du eGPU sur les puces les plus puissantes

Apple commercialise depuis quelques temps un kit eGPU permettant de brancher en Thunderbolt 3 une carte graphique à un Mac. Le eGPU est maintenant très bien supporté sous High Sierra. Le kit Apple embarque une Radeon RX 580 et coûte 599$.

Sonnet qui fabrique le boîtier vient d'en sortir une nouvelle version plus musclée.

La puissance de l'alimentation a été revue à la hausse et passe de 350 à 550W. Cela a permis à la société de mettre deux connecteurs d'alimentation 8 pins, ce qui permet virtuellement de supporter n'importe quelle carte graphique commercialisée, y compris les Geforce les plus puissantes (1080 Ti et Titan).

Le boîtier nu est commercialisé 350$, prix auquel il faudra bien entendu ajouter celui d'une carte graphique très musclée. Notez pour finir qu'il peut fonctionner aussi sur un Mac doté d'une interface Thunderbolt 2.
Sondage

Comptez-vous acheter un nouvel iPhone ?